Réserver Réserver
Adresse

5850 rue St-Denis, Suite #1
Montréal, Qc

Obtenir les directions
Téléphone 514-360-1011

Jasons du hand stand

Publié le: 21 octobre 2019 par admin

Ah l’équilibre sur les mains. L’un de nos mouvements préféré à Replay.

Nous pouvons vous donner des ‘’cues’’ pour enjoliver celui-ci. Mais nous pouvons également vous parler de ce qui est le plus important.

Ce qui est entre les deux oreilles!

Premièrement, le hand stand est vraiment un mouvement hyper stimulant à pratiquer et, je vous dis ça en toute humilité, je suis encore entrain de travailler le chemin vers un free standing plus long et solide. La beauté de la chose est que nous ne pouvons pas nous tanner et nous pouvons toujours trouver des nouvelles manières créatives d’évoluer. Mais d’abord nous devons être humble, patient et nous ne devons pas avoir peur de retravailler les bases. Parfois (souvent) dans mes cours de yoga, les personnes me demandent quelle est la version la‘’plus tuff’ de la posture…. Quand au fond, ils ont un dos en banane dans leur hand stand et ils mettent une pression énorme sur leurs lombaires et épaules….

Alors je leur réponds, de rester à cette posture là avec un gros sourire.

Donc, voici ce que nous pouvons faire pour nous mettre dans un state of mind positif pour ce genre de pratique…

HUMILITÉ, FOCUS & RIGOLADE

  1. Ne pas sauter d’étapes

Sauter des étapes nous empêche parfois de progresser et nous fait prendre des mauvais plis. Donc, oui tout le monde aime ça kicker les pieds dans les airs, mais nous devons laisser notre corps s’habituer à la position. Pensez-y, c’est bien plus payant de faire un hand stand hold le ventre contre le mur durant une minute pour habituer notre corps à avoir le bon positionnement. Nous habituons également cette belle machine à supporter cette position (poids sur les poignets et épaules, core engagé etc)… Entre cela et faire 10 minutes de kicks dans les airs avec le bracing system moins engagé à cause de la fatigue et la courbe lombaire toujours plus exagerée à chaque fois je vous dis : prenez l’option 1! Et même si vous avez un free standing de feu, revenir à la base (aux fondations) est toujours une option intelligente et payante.

  1. Trouver son Drishti

L’équilibre est un skill NEUROLOGIQUE. Il est acquis et il varie à chaque jour…. Au yoga, même dans les postures debout, si vous pensez trop à vos courriels non-envoyés durant la séance, à votre date de la veille qui a laissé à désiré, à votre liste d’épicerie…. Votre corps vous le remettra au visage! Même dans des postures debout toutes simples, vous perdrez plus facilement l’équilibre. C’est pourquoi nous suggérons aux yogis de trouver un drishti, un point fixe et ne pas le lâcher des yeux pour garder son équilibre. Cette pratique est excellente pour la santé oculaire mais également pour la concentration. Le même concept s’applique au niveau mental. Faire le vide dans son esprit (avoir un point fixe) et se concentrer à son souffle vous aidera à rester stable. Mais ceci est le travail d’une vie… alors si vous exercez votre mental à faire fi des distractions environnantes vous observerez des bénéfices sur vos postures d’équilibres et dans plusieurs sphères personnelles. Et voyez ce travail comme un entrainement musculaire et d’endurance pour votre cerveau et vos émotions. Ceci est une méditation en soi.

  1. Cesser d’avoir peur

Plusieurs personnes dans mes classes ont clairement la force et la mobilité pour faire leur free standing, mais souvent les limitations sont au niveau psychologique. Et quand ces personnes réussissent leur première posture sur la tête, scorpion ou encore corbeau, un déclic se fait ! Je suis capable !

Une manière d’ôter la peur est de se pratiquer à tomber de manière sécuritaire (en roulade, en roue etc… ne faites pas cela sans la supervision d’un coach la première fois). Et pensez-y, la peur de tomber est quelque chose que nous vivrons toute notre vie, et le fait de tomber sécuritairement pour ensuite nous relever nous dis ceci : tu peux le faire et tu peux te relever.

Un peu comme pour les pistols squats, dans mes classes, nous les travaillons en négatif et nous nous laissons volontairement tomber les fessiers au sol. Pour les personnes qui ne l’ont jamais essayé, cela leur permet d’aller plus loin dans leur descente sans anticiper la chute et arrêter au même endroit tout le temps, soit le moment où l’on sait que l’on ne pourra plus se relever. Same thing pour le free standing. Sortez de votre zone de confort. Allez dans un parc, dans le gazon, pratiquez-le de manière sécuritaire et sortez en roulade. Premièrement, nous retournerons en enfance, ce qui est merveilleux, et en prime vous ôtez la pression de performance (avec les regards des curieux au gym). Et finalement, vous tomberez, vous vous relèverez en riant et vous vous direz que c’était pas si pire !

Donc, oui travaillez votre hollow hold et l’engagement de votre ‘,bracing system’’ mais travaillez aussi votre humilité, focus et prenez cela à la légère.